Sud-Kivu : les enseignants accusent l’EPST de vouloir saboter la gratuité de l’enseignement

Willy BAKONGA ministre national de l'EPST avec quelques élèves de Kinshasa © Photo de tiers

Ecouter cette information

Les enseignants de la province du Sud-Kivu, réunis au sein des syndicats des écoles du Congo, (Syeco), syndicat des écoles conventionnées protestantes et catholiques accusent les responsables de l’enseignement primaire secondaire et technique(EPST) de vouloir saboter la gratuité de l’enseignement quelques jours avant la rentrée scolaire prévue le 12 octobre 2020.

Ces synergies dénoncent une ”mauvaise” volonté de la part de certains de ces gestionnaires de l’éducation en République démocratique du Congo, notamment la SECOP, qui procède ces jours à la création de nouveaux bureaux pour ”alourdir” les personnels faire ”échouer” cette gratuite de l’enseignement prônée par le chef de l’État.

A lire aussi:  RDC: Aucune reprise des cours n'est prévue avant la tripartite Primature-EPST- Comité Covid-19

Cette dénonciation est contenue dans une déclaration rendue publique ce samedi 3 octobre 2020 après une rencontre avec ces synergies et les autorités éducationnelles en province et dont election-net.com a exploité.

La Syeco, Synecat et Synep estiment dans cette même déclaration que la création des nouveaux bureaux n’est pas une priorité à l’heure actuelle où les enseignants Non Payés et les Nouvelles Unités réclament leur paiement.

”en créant des bureaux sans bâtiment, les autorités piétinent les instructions officielles et les normes d’engagement qui malheureusement font des retombées dans les écoles”

A lire aussi:  Sud-Kivu : environ 88.026 candidats attendus aux épreuves de TENAFEP

Par ailleurs, ces synergies conditionnent la prochaine rentrée scolaire de l’année 2020-2021 par le respect strict des accords dits de Bibwa qui souligne le paiement du deuxième et troisième palier, des touts les enseignants Non Payés et Nouvelles Unités.

Héritier Bashige depuis Bukavu