RDC : les ”Kabilistes” se soutiennent !

Olive Lembe et Jeanine Mabunda. Ph. Montage ENET.

Ecouter cette information

La structure d’accompagnement aux actions de l’ex-première dame, Olive Lembe apporte son soutien à la présidente de l’Assemblée nationale, Jeannine Mabunda Lioko.

Dans un communiqué de presse publié sur sa page Facebook, ce lundi 14 septembre, cette structure dit avoir constaté à travers les médias sociaux, la diffusion d’une vidéo, des personnes se réclamant de l’UDPS avec des Propos ”injuriant” et ”dégradant”, touchant la personnalité de la présidente de la chambre basse du parlement congolais.

Pour cette structure portant le nom de l’épouse du président honoraire de la République Démocratique du Congo, les personnes auteures de cette vidéo se spécialisent dans cette pratique de dénigrement de la femme congolaise d’une façon générale et de Jeannine Mabunda de manière particulière.

Une Kabila soutient une Kabiliste…

A lire aussi:  COVID19: le ministre de PT-NTIC dément la coupure d'internet en RDC.

Pour cette structure, Jeannine Mabunda reste une femme brave, toujours à la défense des intérêts des femmes. ”Et a fait preuve de la sauvegarde de la dignité de la femme à travers la lutte acharnée contre les violations faites à la femme”, peut-on lire dans ce communiqué.

Et de poursuivre que la suite aux efforts de Mabunda, la République Démocratique du Congo a été retirée de la liste avec Kinshasa comme capitale des viols.

UDPS, premier causé… !

En outre, la structure Olive Lembe Kabila (OLK) dit avoir constaté que les militants du parti présidentiel, UDPS, ont pris pour habitude de dénaturer la valeur de la femme congolaise. Et ce plusieurs fois, à travers des actes affichés en public.  ‘‘comme lors de la dernière marche du 9 juillet où publiquement une femme a été filmée en train de faire un petit besoin’‘, révèle-t-elle.

A lire aussi:  RDC/Covid-19 : le premier ministre annonce un soutien du gouvernement dans la riposte contre la pandémie

Tout en soulignant que ces pratiques tendent à détruire non seulement ”l’image de la femme symbole de la vie et du respect, mais découragent également les efforts de la parité homme-femme”

Enfin, cette structure exige une mobilisation générale de la société civile féminine, ONG de droits de l’homme et les partis politiques. Et ce, dans l’objectif de faire échec à cette pratique d’humiliation de la femme congolaise.

”L’OLK assure à la présidente de l’Assemblée nationale de son soutien inconditionnel”, précise-t-elle.

Et à la justice congolaise, d’ouvrir ”rapidement” les enquêtes pour que les auteurs de ce ”crime” odieux répondent de leurs Actes.

Prince Bagheni