RDC: la présidence ne dément pas l’incident provoqué par le ministre de la justice Célestin Tunda

Félix Tshisekedi Président RD congolais ©photo de tiers

Ecouter cette information
232 Vues

Un incident grave s’est produit vendredi 26 juin lors de la 37è réunion du Conseil des Ministres présidée par le président Tshisekedi.

Selon le site d’information 7sur7 ,ce sont les 3 propositions de loi sur la réforme de la justice initiées par les députés nationaux Aubin Minaku et Gary Sakata qui sont à la base de cette situation.

En effet, poursuit la même source, “le conseil des ministres a, toujours d’après elle , découvert que le vice-premier ministre de la Justice et Garde des Sceaux Célestin Tunda Ya Kasende avait déjà transmis l’avis du gouvernement sur les dites propositions depuis le 18 juin dernier, à l’insu du gouvernement”. Une situation qui aurait rendu furieux Félix Tshisekedi.

“Le chef de l’État a eu des mots durs contre le ministre Tunda. Acculé, il a balbutié ne sachant plus comment se défendre”, poursuit le média en ligne, avant d’ajouter que c’est suite à cette incidence que le Chef de l’État avait mis fin à la réunion due au Conseil des Ministres.

Suite à cette  polémique qui s’en est suivi sur les réseaux sociaux, la présidence de la République n’a, tout simplement pas démenti le fait que le Chef de l’État avait quitté la réunion, non pas à cause de sa ” colère” contre le Ministre de la Justice, mais à cause d’une autre réunion qu’il avait avec ses pairs africains.

” Devant participer à la réunion Extraordinaire des chefs d’Etats africains, membres du Bureau de l’Union africaine, tenue par visioconférence ce même après-midi du 26 Juin 2020, le Président de la République s’est trouvé devant un cas d’empêchement”,  précise ce document signé par le directeur de cabinet a.i, Désiré Cashmir Kolengele Ébérande. Le même document rencherit en indiquant que “par conséquent, le chef de l’État laisser à son Excellence Monsieur le premier ministre, chef du gouvernement, le pouvoir de présider et de terminer la réunion du conseil des ministres”.

Après cet  incident que la présidence n’a ni confirmée ni infirmée, plusieurs voies se sont déjà lévées pour demander la révocation de Tunda Ya Kasende comme Ministre de la justice ou son auto démission à ce poste.

Il sied de signaler que ces 3 propositions de lois initiées par les députés du FCC Aubin Minaku et Gary Sakata sont à la base des mouvements de protestations observés mardi et mercredi dernier dans certaines villes du pays notamment à Kinshasa où les manifestants se sont pris aux patrimoines de certains cadres du FCC.

Liévin LUZOLO

Afriquinfo vous interdit totalement de copier le contenu de son site web