RDC: Kinshasa, capitale sans électricité!

Ecouter cette information
298 Vues

La fourniture du courant électrique dans la ville de Kinshasa est devenue un souci majeur dans plusieurs les ménages qui éprouvent déjà d’énormes difficultés pour subvenir aux besoins journaliers . Si le phénomène délestage était encore acceptable hier à cause de son intermittence respectée, aujourd’hui il est supplanté par la quasi-inexistence de l’électricité dans la majorité des communes de la ville capitale de 14 millions d’habitants.

Il est devenu une coutume pour le commun des mortels à faire constater la presence des groupes électrogènes raisonnent à longueur des journées à cause des coupures intempestives du courant électrique par la Société Nationale d’Electricité SNEL dans certains quartiers et dans d’autres, pour absence prolongée de l’électricité dûe peut-être à une panne jamais rétablie depuis belle lurette.

D’où le qualificatif ironique, SNEL, “société nationale ennemie de la lumière”, une façon gentille des Kinois de se moquer du manque de capacité managériale du comité de gestion de cette entreprise publique à la rendre optimale.
Véritable contraste dans cette situation, c’est le fait que les contribuables congolais particulièrement les Kinois, paient leurs factures au bout de chaque mois souvent pas à la hauteur des services fournis. Les agents de recouvrement lors de leurs passages de pression n’hésitent pas de grimper les poteaux pour débrancher les câbles des abonnés non en règle.

Au quartier Kauka dans la commune de Kalamu, les abonnés connectés à la cabine Munga 5 est une parfaite illustration pour démontrer ce contraste. Dans ce quartier, le délestage est remplacé par l’absence totale de l’électricité . Ici ce sont les agents de services dépannage qui font la loi . Ils peuvent servir une boulangerie ou une salle de fêtes d’à côtés au détriment de la multitude d’abonnés pour des fins lucratives. Avoir du courant à 22h est devenu un luxe car tout dépend de l’humeur de l’agent commis au poste.

Souvent le courant est rétabli à minuit et coupé autour de 5h45′. Ce phénomène s’est généralisé quasiment sur toute l’étendue de la capitale Kinshasa. Les autorités de la SNEL souvent interpellés par la clameur publique n’ont jamais daigné rencontrer cette préoccupation de la population Kinoise plusieurs fois relayée par les médias et réseaux sociaux.

L’ avènement du nouveau pouvoir au sommet de l’État était porteur d’espoir pour l’ensemble des congolais de voir le secteur énergétique s’améliorer en desserte . Hélas 1 an après, le constat est toujours amère et nécessite des réformes avec des nouvelles figures. Recette que les nouveaux animateurs du secteur de l’électricité devraient mettre à profit pour apporter le sourire aux Kinois et aux Congolais en général.

La Rédaction

Afriquinfo vous interdit totalement de copier le contenu de son site web