RDC/Affaire Minembwe: Le CLC appelle à la démission du ministre Azarias Ruberwa

Azarias Ruberwa Maniwa, ministre d'État congolais en charge de la décentralisation/ photo. Enet Prince Bagheni

Ecouter cette information

Après avoir assisté à l’installation des animateurs de l’administration locale de Minembwe, érigé en commune rurale, le ministre de la décentralisation sommé de démissionner par le Comité Laïc de Coordination (CLC).

D’après le CLC, cet acte posé par Le Azarias Ruberwa, qui a soulevé une polémique interne comme à la diaspora, vient une fois de plonger la République Démocratique du Congo (RDC), dans un cycle de violences incontrôlables.

Appelant le gouvernement de la RDC à préserver l’intégrité territoriale, le CLC exige par ailleurs, la suppression pure et simple du ministère de la décentralisation ainsi qu’à la démission de son ministre.

A lire aussi:  RDC: Le mouvement des sans emplois ''MSE'' exige la mise en application de la loi à la retraite

À en croire le CLC, ce ministère est source de confusion.

” Dans le cadre de la réduction du train des vies des institutions de l’État, la suppression du ministère de la décentralisation doit être envisagée, car il est source de confusion, puis qu’il empiète dangereusement sur les attributions du ministère l’intérieur. D’ores et déjà, la démission de son titulaire s’impose d’elle-même (…) ” a-t-on lu dans le communiqué du CLC signé en date du 06 octobre, dont une copie a été consultée par la rédaction d’Election-net.com.

À la même occasion, le CLC demande au gouvernement de confirmer toutes affaires cessantes, la suspension de la disposition de mise en place de Minembwe.

A lire aussi:  RDC-Ass.nat: Sele Yalaghuli appelé à expliquer ses affectations à la DGI

“Au gouvernement de la République, le CLC demande avec insistance de confirmer toutes affaires cessantes, la suspension de la disposition de mise en place de Minembwe, à l’instar de toutes les autres communes rurales de la République”, poursuit ledit communiqué.

Par ailleurs, le CLC annonce qu’il “n’hésitera pas à prendre toutes ses responsabilités en cas de besoin”.

Joël Mesa Nzuzi